Courrier à Mesdames Peraïta et Elst

Bientôt quatre années de résistance du quartier contre les antennes relais au 60 avenue Jules Malou.

Loin d’avoir baissé les bras, le sixième recours en environnement est toujours à l’instruction. Idem pour celui mené en urbanisme grâce à la commune. Entre temps, en nous regroupant avec d’autres quartiers nous sommes allé jusque devant la Cour Constitutionnelle contre le quadruplement de la norme et sommes à présent devant le Conseil d’État contre d’autres atteintes au niveau de protection des Bruxellois(es).

Le CPAS de la ville de Bruxelles -propriétaire du bâtiment visé- pourrait mettre un terme à ce combat inégal et épuisant, en privilégiant la santé de ses locataires et du voisinage en refusant la location de ses toitures à Mobistar. Récemment un groupe de familles du quartier ont décidé d’envoyer un nouveau courrier recommandé en ce sens à Madame Peraïta et Madame Elst, respectivement Présidente et Secrétaire Générale du CPAS de Bruxelles. N’ayant reçu jusqu’ici aucune réponse de la direction, ces parents de jeunes enfants vivant à proximité immédiate du site, on décidé de la rendre publique. Avec l’ensemble des habitants mobilisés, d’autres actions sont en préparation afin d’interpeller le CA du CPAS ainsi que les médias.
Si vous souhaitez en savoir plus rejoignez la liste d’envoi.

Voici le courrier en question, il résume parfaitement la situation, les enjeux et l’historique de la mobilisation du quartier.

Etterbeek le dimanche 14 mai 2017

Madame Peraïta, Présidente du CPAS de la Ville de Bruxelles,
Madame Elst, Secrétaire Générale du CPAS de la Ville de Bruxelles,

Ce courrier de la part de cinq familles habitantes et voisines de votre immeuble situé avenue Jules Malou, 60 à Etterbeek. Familles avec de très jeunes enfants : S. : 5 mois; V. : 2 mois; C. : 1 an; J. : 4 ans; V. : 4 ans; T. : 1 an; A. : 1 an. Toutes situées à proximité immédiate des antennes relais projetées, dans l’un des trois azimuts et à distance où les nuisances sont les plus élevées. Notez que les antennes seraient à quelques mètres à peine et à la même hauteur du mur de la chambre de S. Sans oublier les nombreuses familles qui logent en dessous, dans la toiture de tuiles qui n’offre aucune atténuation aux rayonnements, ainsi que l’école et la crèches qui jouxtent votre bâtiment. Notez aussi que ce antennes viendraient s’ajouter à celles déjà présentes à proximité et dont l’un des azimut couvre déjà nos habitations (cf. plan « 2 »).

Nous suivons ce dossier depuis quatre années et il est à présent démontré que ces rayonnements sont nocifs, particulièrement pour les jeunes enfants. Dans notre cas l’installation des antennes nous obligerait à déménager. Trois familles sont propriétaires de l’appartement qu’elles occupent, cela fait quatre années que nous mettons de nombreux projets en suspens, dont le principal : notre domicile. La probabilité de l’installation des antennes nous empêchant d’y envisager l’avenir avec sérénité, comme pour de nombreux autres habitants du quartier et de votre immeuble.

Tandis que Paris a décidé de diminuer sa norme d’un tiers, Bruxelles la quadruple. En France le Wi-fi est maintenant interdit dans les crèches, chez nous, dans nos appartements, ces antennes provoqueraient 24h/24, sept jours sur sept, un niveau bien supérieur à celui d’un modem Wi-fi, pour nos enfants et une grandes partie des habitants du quartier (cf. Plan « 2 »).
Particulièrement si les opérateurs obtiennent la hausse de la norme à 20V/m qu’ils demandent à présent.

Plus les études qui démontrent la nocivité du mobile s’accumulent et plus il apparaît que nous sommes condamnés à revivre les errements, l’hypocrisie, la désinformation -et les victimes- provoqués par l’industrie du tabac ou de l’amiante et leurs soutiens médiatiques et politiques. Avant de devoir admettre, bien trop tard, leurs mensonges et la gravité de la situation. Pour une étude qui démontre la nocivité des antennes relais, du GSM ou du Wi-fi, les opérateurs et l’industrie s’empressent d’en financer plusieurs qui démontrent le contraire. Cette « fabrique du doute » n’a d’autre but que de faire perdurer des mensonges. Le but des opérateurs étant bien de réaliser des profits au dépend de notre santé et de celle de nos enfants, ce qui est pour nous, vous le comprendrez, inadmissible.

Pourtant les preuves s’accumulent et quand il ne s’agit pas d’études scientifiques, il s’agit des manœuvres des constructeurs pour tromper les utilisateurs quant au niveau de rayonnement du mobile (nous vous ferons suivre par courriel diverses sources récentes sur le sujet).

Si nous ne nous sommes plus adressé à vous récemment, nous n’avons pas baissé les bras, au contraire. Après avoir porté cinq recours en environnement, dont le dernier est toujours à l’instruction, nous portons actuellement un recours en urbanisme devant le Conseil d’État, aux cotés de la commune d’Etterbeek. Ce permis d’urbanisme querellé mais validé par la Région, a pourtant essuyé les refus successifs du collège d’Urbanisme de la Région, de la Commission de Concertation ainsi que du Collège des Échevins de la Commune d’Etterbeek.
C’est vous dire le poids des lobbies du mobile.

Avec la plateforme grONDES que nous avons créée avec d’autres quartiers, nous avons attaqué l’ordonnance qui quadruple le taux d’immission autorisé à Bruxelles devant la Cour Constitutionnelle. Nous y avons obtenu le retour des terrasses et balcons dans les zones protégées et nous attaquons à présent le nouvel arrêté technique du gouvernement bruxellois destiné à contourner cette victoire et baisser plus encore le niveau de protection.

Lors de l’un des recours que nous avons menés, un représentant des plus qualifiés de l’IBGE avait concédé des nuisances pour le sommeil et conseillé à la famille -qui est pourtant la plus éloignée des cinq familles signataires- de ne pas installer la chambre de leur fille du coté des antennes et d’envisager des mesures de protections physiques du coté exposé de l’appartement.

Si nous nous adressons à nouveau à vous c’est pour une raison bien précise : le Conseil d’Administration, sous votre impulsion, pourrait mettre un terme définitif à cette affaire en prenant, comme l’ont fait d’autres organismes de logement sociaux, la décision souveraine de ne plus louer une ou des toitures aux opérateurs, pour le bien de leurs locataires et du voisinage.

Nous voulions aussi revenir sur le moratoire que Monsieur Yvan Mayeur, alors président du CPAS, avait instauré et qui devait être prolongé tant que les organismes compétents et indépendants n’auraient pas donné une garantie écrite concernant la santé des locataires du bâtiment visé. Or ces garanties ne sont jamais parvenues. Au contraire, l’IBGE sollicité par vous, s’était déclaré « incompétent » à donner cette garantie sanitaire, ce alors qu’il s’agit pourtant de l’organisme qui délivre les permis d’environnement.

Dans un premier temps vous aviez ainsi confirmé et même amplifié le moratoire mais depuis le discours de vos employés a changé. Ce moratoire semble remis en question car d’une part Mobistar poursuit activement son projet. D’autre part vos services nous avaient signalé que vous auriez reçu un courrier de Madame Frémault qui assurerait que les riverains ne courraient aucun risque. Le ministère de l’environnement qui est partie prenante dans ce projet n’est certainement pas un organisme indépendant, de plus il est ici contredit par son propre service compétent en la matière (IBGE). Les habitants du bâtiment visé, du quartier et nous mêmes espérons donc que vous confirmerez et maintiendrez ce moratoire. Mieux, que vous dénoncerez et renoncerez définitivement au contrat de location de vos toitures.

(…)
En vous remerciant pour votre attention, recevez, Chère Madame, nos salutations distinguées.
(suivent les signatures et adresses des parents)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s