Le quartier Malou au Conseil d’État

img_2043
Le quartier Malou et la Commune d’Etterbeek au Conseil d’État contre la Région

Depuis trois année le quartier Malou à Etterbeek se mobilise contre l’installation de neuf antennes relais Mobistar sur un bâtiment appartenant au CPAS de la ville de Bruxelles, jusqu’ici avec succès.

Après cinq recours en environnement (le site jouxte une école primaire et maternelle ainsi que deux crèches) dont le dernier est toujours à l’instruction, le quartier ne baisse pas les bras. Il porte un recours en intervention en urbanisme devant le Conseil d’État, dans le recours en annulation mené par la Commune d’Etterbeek. En effet, le site prévu est situé dans la zone de protection d’une église classée, or les hauteurs et gabarits légaux ne sont pas respectés.

Ce permis d’urbanisme querellé mais validé par la Région, a pourtant essuyé les refus du collège d’Urbanisme de la Région, de la Commission de Concertation ainsi que du Collège des Échevins et Bourgmestre de la Commune d’Etterbeek. Ces derniers s’opposent au projet et apportent leur soutien aux habitants depuis le début de l’affaire, comme en attestent les interventions de Monsieur De Wolf dans les médias. Les habitants comprennent mal qu’un tel projet soit validé malgré tant de dérogations et d’oppositions successives, alors que certains riverains se sont vu refuser des modifications mineures.

Madame Peraïta, présidente du CPAS, respectera t-elle le moratoire instauré par Yvan Mayeur, son prédécesseur?

Suite à une rencontre avec les habitants, Yvan Mayeur alors président du CPAS, avait instauré un moratoire qui serait prolongé tant que les organismes compétents ne lui aurait pas donné une garantie écrite concernant la santé des locataires du bâtiment visé. Il en informa les médias qui y firent écho, or les garanties demandées ne sont jamais parvenues. Au contraire, l’IBGE sollicité s’était déclaré « incompétent » à donner cette garantie sanitaire, ce alors qu’il s’agit pourtant de l’organisme qui délivre les permis d’environnement.

Dans un premier temps Madame Peraïta avait ainsi confirmé et même amplifié le moratoire par courrier mais depuis le discours a changé. Le moratoire semble remis en question car Mobistar poursuit son projet. Les habitants du bâtiment visé et le quartier espèrent donc que Madame Peraïta maintiendra le moratoire mais, dans le doute, les actions en justice et la mobilisation se poursuivent.

Une réunion de rentrée sera bientôt programmée, si vous souhaitez rejoindre la liste d’info prenez contact ici.

Malou debout!

FullSizeRender

Malou, un quartier debout depuis bientôt trois années!

La mobilisation continue, jusqu’ici avec succès! Vu les actions en justice et autres, en cours et en préparation, il est actuellement préférable de ne pas communiquer et dévoiler les prochaines surprises que nous réservons à certain(e)s…

Sachez toutefois que les voisines et voisins restent actifs, si vous n’avez pas reçu les derniers envois, particulièrement celui concernant la collecte des promesses de dons, n’hésitez pas à le signaler (ici).

Et le moratoire?!

Photo-0016Si vous l’aviez manqué, voici le dernier toutes-boites distribué dans le quartier:

Chères voisines, Chers voisins

Le jeudi 4 février, les locataires du CPAS de la Ville de Bruxelles ont reçu un courrier du CPAS les avertissant de l’installation imminente des antennes relais par Mobistar.

Par ce courrier le CPAS trahit le moratoire instauré par M. Mayeur et confirmé par la nouvelle présidente, Mme Peraïta !

En effet, ce moratoire devait être poursuivi :
Jusqu’à ce que tous les recours soient épuisés. Or un recours contre le permis d’environnement est  toujours en cours et la Commune va en porter un autre devant le Conseil d’État contre le permis d’urbanisme.
Tant que le CPAS n’avait pas « l’assurance que l’installation n’aurait aucun effet nocif sur la santé ». Or les seuls avis qu’a pu obtenir le CPAS sont ceux du ministère de l’environnement (Mme Frémault), qui a lui-même délivré le permis et ne va donc pas se contredire, et l’avis d’un « expert » dont les positions partisanes sont critiquées par ses propres collègues.

Faut-il rappeler que :
L’Organisation Mondiale de la Santé a classé les ondes électromagnétiques comme possiblement cancérigènes (groupe 2B). L’OMS a publié différentes études sur les antennes-relais dont plusieurs rapportent des troubles neurologiques ou un risque de cancer accru.
Le conseil de l’Europe recommande la baisse des seuils à 0,6V/m puis 0,2V/m. A Bruxelles nous sommes toujours à 6V/m (avec des pics constatés jusqu’à plus de 9V/m!).
Les assurances refusent aujourd’hui de couvrir les risques liés aux pollutions électromagnétiques. Le CPAS n’a jusqu’ici pas pu nous démontrer que Mobistar est effectivement assuré conte ces risques.

Nous regrettons également que Mme Peraïta n’ait jamais daigné nous rencontrer ni répondre à nos questions et multiples sollicitations.

Agissez ! Contactez le CPAS afin de demander :
Pourquoi le CPAS ne respecte  pas son moratoire  ?
Mobistar est-il assuré contre les risques liés aux ondes électromagnétiques ?
Quelles sont les intentions du CPAS et de Mobistar dans les prochains jours ?
et de partager votre mécontentement ou craintes quant à votre santé.

Contact au CPAS / cabinet de Mme Peraïta : 02 543 60 22

Antennes-GSM-article

Courrier instauration moratoire CPAS M.Mayeur 27-11-13
Courrier confirmation moratoire CPAS Mme Peraïta 03-04-14
Réponse de l’IBGE se déclarant « incompétent

Cliquez la miniature pour agrandir et lire l’article.